понедельник, 15 марта 2010 г.

Dans mon esprit flottait

Dans mon esprit flottait
l'image de la femme, se
precipita vers le bas d'un

immeuble eleve. Elle

regardait le ciel s'eloigne, et

son visage etait deforme
par la terreur. Elle a chante
motions nageur, comme s'il
essayait de se relever. Ses
cheveux etaient ebouriffes
et sautaient dessus de sa
tete comme des algues.
Arbres sur les deux faces
de la rue, les voitures, les
gens, de taille croissante,
son nez et les levres, plier
des rafales de vent - toute
la scene dans ma tete
ressemblait a de mauvais
reves a partir de laquelle la
hauteur de vacances d'ete
des frissons. Il a ete un noir
au ralenti? Bobine blanc du
film, qui incarnent la chute
des femmes avec des
immeubles de grande
hauteur.
Ils se leverent, essuya la
sueur sur le corps de
l'autre, puis alluma une
bougie. Je me suis detourne
de la lumiere. Ils ont parle si
doucement que les mots
que je ne pouvait pas faire
croire. De temps en temps
j'ai roule episodes de
crampes et de nausees.
Nausees flottait vagues.
Mordant les levres, serrant
la feuille, j'ai appuye sur le
lit, et quand les nausees
passe et annule, je me
sentais plaisir presque
sexuelle apres
l'achevement de la
copulation.
- Okinawa, vous - le rat
sale! "- Loudly crie Reiko.
Simultanement, le bruit
de verre brise. Qui? L'un
d'eux s'est effondre sur le
lit face vers le bas, raison
pour laquelle j'ai meme
saute. Une autre raison -
peut-etre etait Okinawa - a
lache: "Merde!" - En
claquant la porte et sortit.
La bougie souffla le vent, je
ne pouvais entendre le bruit
des personnes etapes qui
descend l'escalier en fer.
Dans la salle sombre, je
pouvais entendre
seulement un souffle leger
Reiko, et apres une lutte
avec la nausee, je sentais
que je commencais a
perdre connaissance. J'ai
attrape la douce odeur, a
l'instar de l'ananas pourris
provenait du jus amour mele
de sang Reiko. Je me suis
souvenu d'une femme qui, il
ya plusieurs annees, j'ai vu
un film ou un reve: mince,
de longs doigts et les
orteils, lentement glisser de
kombinashka les epaules de
son, et puis elle pris une
douche pour un mur
transparent, et l'eau coulait
d'elle, un menton pointu, et
elle vu dans le miroir de ses
yeux verts. Elle etait un
etranger.

Qui se presente devant
nous un homme se retourna
et s'arreta, puis une
cigarette jete dans le
caniveau. Serrant
fermement sa main gauche
un tout nouveau duralumin
bequille, il s'est eloigne. J'ai
decide qu'il s'est blesse au
pied recemment. Sa main
droite semblait pas etre
moins fort et muscle, mais
sur le terrain, sur lequel il
trainait une jambe, est reste
une gorge profonde.
Le soleil etait a son

Комментариев нет:

Отправить комментарий